Comment expliquer la haine du son ?

Comment expliquer la haine du son ?

La haine du son se décline en différents types. Il peut s’agir de réactions face à des bruits quotidiens, comme la misophonie et l’hyperacousie. Il y a aussi d’autres formes d’intolérance au son, telles que l’hypersonie et la phonophobie. Cette dernière est plutôt de nature psychologique. Les détails dans cet article.

La haine du son : un trouble neurologique

La haine du son est un trouble neurologique qui se caractérise par la présence abondante de myéline autour des neurones. Cette substance sert de lien de connexion entre les neurones. Sa quantité supérieure à la moyenne peut donc entrainer la perception du son avec une intensité accrue. C’est la raison pour laquelle les bruits répétitifs de faible intensité sont les plus insupportables.

En outre, à cause du dysfonctionnement cérébral, notamment au niveau du cortex insulaire, les personnes qui ont la haine du son ne réagissent pas aux cris ni aux autres types de sons de haute intensité. Tout stimulus de ce genre les laisse donc indifférents. C’est parce que leur association négative avec certains bruits quotidiens est déjà très forte. En cas de non-prise en charge immédiate, cela peut même s’aggraver, car une nouvelle liste de sons déclencheurs peut venir s’ajouter à l’ancienne.

La misophonie : intolérance aux sons répétitifs de faible intensité

Venant des mots grecs « misos » et « fonos » qui signifient respectivement « haine » et « son », la misophonie, dans son sens étymologique, est donc une haine du son ou une aversion aux bruits. Découverte depuis l’année 2000, elle reste pourtant la forme la plus récente de la dysfonction du système auditif.

Les personnes qui en souffrent sont appelées « misophones ». En s’exposant à certains sons quotidiens, elles manifestent différentes réactions anormales, entre autres, l’accélération du rythme cardiaque, la montée de la température, le frissonnement, la colère, le stress, l’anxiété, la peur, l’isolement, la tendance à la désocialisation, etc.

L’hyperacousie : une autre forme courante de la haine du son

L’hyperacousie peut être également appelée « hypersensibilité au son ». Les personnes qui en souffrent ne supportent pas entendre les bruits jugés tolérables par l’entourage. Ce sont des sons à un volume normal, mais perçus comme étant plus intenses.

Les victimes de ce type de haine du son ne tolèrent pas, par exemple, la sonnerie du téléphone, ni le rire, ni le bruit de vaisselle. Cette intolérance aux sons à des impacts négatifs sur leur vie quotidienne. On cite, entre autres, la fatigue, le stress, l’irritabilité, les conflits au niveau de la famille ou au travail, l’isolement et la désocialisation progressive causée par l’évitement de certaines sources sonores.

Phonophobie et hyspersonie : autres formes de haine du son

La phonophobie constitue une autre forme de haine du son qui se caractérise par des réactions d’anxiété et de peur face à des bruits spécifiques. Il s’agit en fait d’un phénomène plutôt psychologique.En ce qui concerne l’hypersonnie, c’est une sorte de dysfonction du système auditif, notamment à l’interne de l’oreille. Les volumes audibles du son sont perçus anormalement. Cela est associé à une perte d’audition.

Olivier

Bonjour à tous, je m’appelle Olivier, suite a mes études de commerce, j'ai décidé de devenir consultant en marketing digital. Afin de partager mes centres d'interêt avec vous j'ai décidé de créer mon blog. Mes sujet préféré sont surtout sur les nouveautés du web, mais vous pourrez trouver bien d'autres articles traitant par exemple de la santé, du bien-être, des restaurants que je teste, des bons plans que j'ai découvert. Je fais en sorte que vous puissiez trouver des contenus intéressant donc n'hésitez pas a me dire si vous voulez que je parle d'un sujet en particulier. J’espère vous faire passer un moment agréable sur olivierthomas.net !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *